Regards innovants de la Banque privée Suisse

Unicore Genève

Le thème de la 14éme journée Unicore des solutions bancaires à Genève était « Banque et informatique : regards croisés ». Le paradoxe, c’est que les regards n’ont pas semblé se croiser et que cela a peut être permis de voir plus loin … Pour l’AGEFI « il y a eu beaucoup d’interrogations ».

La vision du banquier privé
Antonio Palma Associé et CEO – Mirabaud & Cie a abordé les contraintes que la confidentialité a imposées à l’informatique de la Banque privée. Il a souligné l’importance de l’effort technique pour sortir d’une logique de « coffre fort » et atteindre le client qui est maintenant mobile. Le lien est facilité car la mobilité de cette clientèle réduit la distance sociale des cibles commerciales, partage les canaux de collecte et rend pertinentes des « meilleures pratiques » de la Banque de détail (« Retail »).

Une question de Pascal Allot Directeur IBM Suisse Romande a souligné l’efficacité du Marketing dans ce contexte.

La Banque privée Suisse est contrainte sur ses parts de marché, cela impose d’innover … et d’éviter d’apparaître trop souvent en première page des journaux.

La vision des fonctions de support
Trois Directeurs, Claude Favre – Crédit Agricole Suisse,  Hans M. Graf – Crédit Suisse,  Christian Meixenberger – Banque Cantonale de Fribourg ont détaillé que nos informatiques bancaires ne sont pas “hors sol”. Elles ont du volume à traiter, de la confidentialité à ajuster, des opérations à assurer … et des solutions WEB à faire évoluer. Nous avons compris que l’informatique bancaire devait garder les pieds au sol et contenir ses coûts.

La Suisse répond par l’innovation
Après l’horlogerie, la chimie, la pharmacie, la machine outil, dans chacun des secteurs en

difficulté, la Suisse a relevé le défi par l’innovation. Aujourd’hui, pour la Banque privée, la concurrence se précise. Les Britanniques augmentent leurs parts de marché et la Banque privée Suisse se réinvente.

L’innovation dans la relation avec le client
L’innovation dans la Banque privée va porter sur la relation avec le client. Le passage d’une clientèle off-shore vers une clientèle fiscalisée amène un changement de proposition de valeur et un ajustement de l’offre. Le client fiscalisé inter-réagit davantage avec sa Banque privée que la clientèle off-shore.  L’expérience de l’utilisateur lors de l’échange devient déterminante pour sa satisfaction.

L’informatique mobilisée sur les coûts
Si la conférence « les TIC dans la prochaine transformation des banques » traite davantage d’externalisation que d’innovation c’est que la transformation doit aussi adresser les coûts. Souvent, l’essentiel des moyens de l’informatique sont mobilisés pour « tenir la boutique »et maintenir le « coffre fort ». L’externalisation devient un moyen de se concentrer sur la maîtrise des fonctions qui apportent la différentiation commerciale.

Une innovation portée par la fonction commerciale
Dans la période à venir, il est donc probable que la fonction commerciale (le « Front ») porte l’innovation. Souvent, le déclic de l”innovation vient d’ un ajustement de la coopération interne à l’organisation. Dans une Banque on a ainsi vu des membres de l’informatique rejoindre le « Front » pour monter la nouvelle offre sur un mode « start-up ». L’objectif a été atteint lorsque les regards ne sont plus croisés et qu’ils convergent.

Comments are closed.