Du nouveau en 2014 !

En 2014, lorsque la Gestion Privée parle d’innovation, il ne s’agit plus seulement de technologie mobile, de changements de business model ou de paiements. La Gestion Privée parle maintenant d’IT. On rentre dans le concret. Des événements à Genève et Paris témoignent de changements en cours. Une sorte de démarche pragmatique “scratch your own itch” traduite en Suisse par “Scratch-Your-Own-It.ch”. C’est nouveau, c’est prometteur.

Changement ou “buzz word” ?

Au salon Unicore, de ce printemps à Genève, les cabinets de conseil sont sorti du discours convenu sur les points de contact mobiles.

On parlait encore technique et paiements, mais on a vu poindre l’identification de nouveaux entrants dans la gestion de portefeuille.

Le re-positionnement de l’activité de distribution de produits vers le conseil et la planification financière a été souligné.

C’était avant les vacances, alors je me demandais si ce n’était qu’un argumentaire pour vendre de la mission stratégique avant la période des budgets.

Des mots sur la résolution de nos maux

A la 9ème journée de la Gestion Privée d’AmGroup à Paris le 16 septembre, des membres des principales Directions Générales de la Gestion Privée française ont partagé deux messages concrets.

La Gestion Privée ne commence pas à 5 Millions de patrimoine mais à 350’000€ de liquidités.
Le Retail et la Gestion Privée ont donc des meilleures pratiques B2C à échanger.

Pour changer nos business model, on a besoin de l’IT. On ne sait pas très bien comment mais c’est une conviction partagée.

Je me suis encore demandé si c’était une subite lubie d’une profession contrainte par l’environnement économique et les atermoiements politiques français.

Les plates-formes évoluent

A Genève en Septembre, il y avait Le salon des Gérants avec une place importante prise par les plate-formes d’échange de Sodi et E-Merging de Lombard Odier.

Il y a eu ensuite la Virtual FinFair du 24 et 25 septembre.

C’est un succès IT qui a demandé beaucoup d’énergie et de communication. La monétisation semble à développer.

J’ai retenu de la persévérance dans ces investissements et, enfin, une tentative de quitter l’environnement confortable du B2B pour celui du B2C (en passant néanmoins par l’antichambre calfeutrée du B2B2C).

Malgré l’emphase journalistique de certains commentateurs, je n’ai pas vu de “révolution en marche” dans la manière de collecter le client et d’activer un réseau de partenaire. Mais je vois une convergence de signaux dans nos radars. Il y a bien de l’innovation en cours dans la Gestion Privée !

L’innovation effective par l’ingéniosité collective

A Paris, L’exposition Wave de l’Atelier BNP Paribas s’est terminée le 2 octobre, Elle est centrée sur l’innovation par l’ingéniosité collective.

L’Atelier BNP Paribas a de la persévérance, je me souviens qu’à la fin des années 90, je lisait déjà leurs analyses qui m’arrivaient, saccadées par un modem 56K. La Scénographie est co-dessinée par notre amie Aurette Leroy. L’exposition est limpide.

Le message d’introduction de Jean-Laurent Bonnafé Directeur Général de BNP Paribas élargit la perspective :
“L’exposition WAVE nous incite à penser autrement en nous présentant de nouvelles façons de créer de la valeur dans des environnements contraints. Elle nous montre qu’il est possible de faire mieux avec moins.”

Un message qui peut inspirer à la fois les changements dans la Gestion Privée et dans l’IT.

L’IT, tuyère de nouvelles interactions

D’une part, l’économie Suisse, classée N°1 de l’innovation par le World Economic Forum a besoin de son IT pour conserver cette place. De plus, la Gestion Privée cite l’IT comme une composante essentielle des changements qu’elle entreprend.

D’autre part, à Geneve, le 2 octobre, au Salon RH Suisse, François Mayer du Groupement Romand de l’informatique cite le besoin de plus de 10’000 nouveaux informaticiens par an jusqu’en 2022. Au prix de gros efforts, un tiers sera fourni par la formation académique, un tiers le sera par formation en entreprise et un tiers par de nouveaux émigrés diplômés.

Dans ce secteur, des ruptures sont en vue (loi sur l’immigration, modéle d’intermédiation des SSII, développement de l’entrepreneuriat …). Pour anticiper les effets des évolutions de l’IT Suisse sur les projets de la Gestion Privée, Banking-2.0 suit le nouveau site Scratch-Your-Own-It.ch. Avec en particulier les nouvelles interactions entre les clients et les contributeurs de services financiers. Et aussi ce qui relève de nouvelles collaborations.

Leave a Reply